Les mentors scientifiques et du milieu universitaire ont un rôle essentiel à jouer dans l’expérience SBC. En supervisant les participants et en partageant leur expertise avec eux, les mentors aident ces derniers à réaliser des projets de recherche époustouflants, et bon nombre d’anciens participants ont connu beaucoup de succès et même des occasions de commercialisation.


Mme Girouard



Mme Girouard a encadré Justin Lessard-Wajcer pour son projet « X : un pas vers le futur grâce à la technique CLARITY ». Justin a raflé le premier prix de l’édition 2015 du concours SBC au Québec, en plus des prix Potentiel commercial et Professionnalisme et de la cinquième place au concours national. Mme Girouard nous parle de son expérience comme mentore.

Encourageriez-vous vos collègues à participer comme mentors au concours Sanofi Biogenius Canada? Si oui, pourquoi?
Oui, parce que ce concours montre aux jeunes à quoi ressemblent la science et la vie de scientifique, ce qui, d’une part, les aide à orienter leur carrière, et d’autre part, influence la qualité des jeunes qui choisiront de poursuivre en recherche parce qu’ils sauront ce qu’ils veulent et seront motivés. Le concours pourrait aussi être l’occasion pour un étudiant diplômé de jouer le rôle de mentor et de transmettre ses connaissances.
Quelle a été votre expérience la plus gratifiante comme mentore au concours Sanofi Biogenius Canada?
Ce qui est le plus gratifiant, c’est de voir naître une passion pour la science et la recherche et de voir un jeune connaître pour la première fois l’exaltation de la découverte. C’est aussi de voir les jeunes gagner de la confiance en eux.

Quel conseil donneriez-vous à un élève qui souhaite participer au concours Sanofi Biogenius Canada?
Je lui dirais avant tout de participer le plus possible pour maximiser son expérience en recherche. Je l’inviterais aussi à garder en tête qu’il s’agit d’un travail d’équipe, et à ne pas sous-estimer sa contribution potentielle tout en respectant l’expérience de son mentor. Pour terminer, je lui ferais savoir que la plupart des expériences ne fonctionnent pas ou ne donnent pas nécessairement les résultats escomptés, et qu’il doit donc garder l’esprit grand ouvert.

Qu’est-ce qui vous a poussée à entreprendre une carrière en science?
Je souhaite devenir chercheuse depuis l’âge de 10 ans. Le déclic s’est fait après que j’ai lu la biographie de la physicienne Marie Curie. Je ne connaissais personne qui travaillait en recherche, mais je me suis reconnue dans sa personnalité et sa soif d’apprendre. Je savais que ce serait ma vie.

Au sujet de Mme Girouard
Mme Girouard, Ph. D., est professeure adjointe au Département de pharmacologie et physiologie de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.